•                                                                              

    Regard.

     

    Derrière le masque des apparences,

    Je perçois le désir infini,

    De l'inconscient et de ses envies.

    Une lanière qui siffle dans les airs,

    Un cri qui s'échappe de ta bouche fermée

    Et moi qui te marque du sceau de mon regard.


    6 commentaires
  • La journée de la ménagère (SM)..

     

    Dringggggg.. La voix douce du Maître de ses rêves l'extirpe d'un sommeil agité, peuplé de songes dont la seule évocation lui fait monter le rouge aux joues.... D'un geste gracieux et élégant, elle détend son index agile et le dirige vers le « petit bouton » qui, sur d'autres que sur son réveil auraient enchaînés râles et soupirs, exprimés des encore, mais là, point de volupté, juste un clic bref et l'arrêt du cris strident... Dans un mouvement élégant, elle offre innocemment son corps à un raie de  lumière  indiscret provenant du couloir, s'insinuant  de façon impudique entre ses jambes écartées, illumination divine d'un puits d'amour sans fond..

    «  Il est prêt le café ? »  hurle la sensuelle voix animale du gardien de ses nuits

    D'un bond d'un seul, s'enroulant en hâte dans sa robe de chambre en satin, la peur au ventre, elle saute du lit, et gagne la cuisine à grands pas. Elle avait pris soin de garder les pieds nus, afin de sentir le plancher  vivre sous elle, image sensuelle du piétinement du corps de sa demeure. Plus le temps de tergiverser, alors, la cafetière en main, elle saute sur la poche de café, elle remplie, elle verse, et enfin illumine le bouton « en marche ». Ouf, soulagement intense du devoir accompli dans les temps..

    Puis elle attrape deux bols,  pose le sien d'abord, puis, avec volupté, elle caresse sensuellement celui de mon mentor comme elle aurait voulu le faire avec son corps d'athlète, avec au fond d'elle un soupçon de jalousie, car ce matin, c'est bien sur lui qu'il posera ses lèvres charnues, aspirant le rebord comme il le fait, si rarement maintenant, sur son clitoris et ses lèvres intimes. Alors, tout ainsi disposé elle s'assoit au bout  de la table, attendant avec une impatience sans nom qu'IL arrive, de son pas décidé, barbe coupée, l'œil noir comme à son habitude. L'heure est grave et solennelle. Il est bien là, mais sa tête est ailleurs, déjà au travail.. Le pauvre, comme elle l'admire !! Quelques onomatopées, quelques borborygmes, et l'homme sans grand discours se lève... Mais à quoi bon des discours, IL est là.. Sa seule présence est un discours, et son regard, le miroir de son âme. Enfilant son veston, IL effleure des lèvres son front, illuminant de sa grâce la journée qui débute, durant laquelle elle attendra avec dévotion son retour. Ca y est, elle est seule. Eh bien vous ne savez pas ??? Oui, vous avez tout compris, elle va jouer à la dominatrice !! Parfaitement. Qui va lui ordonner de passer l'aspirateur si elle n'en a pas envie ? Hein, qui ??? C'est elle qui commande maintenant.. Sentiment de puissance infini sur l'ensemble de la maison : elle est la Reine. D'un coup d'œil circulaire, elle les regarde tous : la poussière, l'aspirateur, le linge, la vaisselle, l'évier... Tous à sa botte... Cendrillon dans son carrosse chaque jour renouvelé !!!

    Après quelque repos dans le fauteuil de son Maître (c'est bien le lus confortable..), elle se lève enfin et se dirige vers la cuisine. Elle caresse le robinet d'eau de l'évier, l'ouvrant délicatement et regardant l'eau jaillir, comme s'il s'agissait de la semence de son Maître, dans laquelle elle s'imagine tremper ses mains, afin de s'en repaître, s'en rassasier, jusqu'à plus soif, jusqu'à plus faim...

    Cette éprouvante séance effectuée, c'est au tour de l'aspirateur, et là, ce n'est pas à la portée du premier venu !! Il faut l'avoir en main celui-ci. Comme un dompteur ! Attrapant le corps d'une main ferme, elle le porte avec autorité vers le lieu désiré. Tuyau pendant, bout rigide dans l'autre main ferme,  là, elle le pose. D'un regard hautain, elle saisit la prise, et sure d'elle, va lui envoyer l'électricité ! Chaque fois le même frisson parcours son échine, chaque fois la même satisfaction en entendant le souffle de sa douleur, mais insensible, elle n'en aura cure et  le traînera dans tous les coins de la maison. Afin que cette séance moins dure, elle lui changera son embout, de temps à autres, et peut être aussi sa poche pleine, comme n le ferai avec un préservatif usagé.. Ca y est, plus de miettes, plus de poussière.

    La ménagère peut passer à la douche. Si il savait !!! Je vous le dis, mais ne le répétez pas : l'embout rotatif de la douche... divin... Mais attention, elle fait tout ça en pensant à son Maître.. L'eau ruisselant sur son corps comme la caresse de son Maître, le jet qui s'écrase sur sa peau, oui, comme il lui faisait autrefois.. Si elle veut plus rêver, elle tourne l'embout et le jet se fait plus violent, et l'eau, en une multitude d'aiguilles lui cingle le corps comme le ferai u fouet ou une cravache. Elle le fait sur son sexe aussi, quelquefois.. pour souffrir pour lui uniquement... Mais la masturbation, avec ou sans les mains, si vous saviez.... Elle a bien aussi pensée à un lavement, mais il faut savoir raison garder.

    Après avoir séché son corps avec soin et dans les moindres recoins, , vient le moment du maquillage... Artiste elle aurait été peintre ou sculpteur. C'est vrai que dessiner un visage, avec ses ombres, ses lumières le trait du crayon posé ici, les cils, l'épilation... Tout ceci comme une artiste qui sculpterait, peindrait, dessinerait une œuvre pour la faire vivre, pour l'exposer, image vivante de l'expression de son âme...   

    La suite sur demande...


    7 commentaires
  • Pour répondre à ton blog:

    Dernier livre acheté: "Le chant des sables" par Brigitte AUBIER

    Dernier livre lu: " La règle de quatre" par Ian CALDWELL et Dustin THOMASON

    Livres préférés:

    Le Prince de MACHIAVEL

    La philosophie dans le boudoir de SADE

    Les pensées de Pascal

     Méditations sur les 22 arcanes majeures du tarot  Anonyme 775 pages chez AUBIER  

     Le dictionnaire... 

     Beaucoup me viennent encorent à l'esprit Biographie de la vie de PARACELSE, l'homme et ses symboles C.G.JUNG, etc etc...

    Pour finir, allez, je vais passer le relais à:                                                          Hokai                                                                                                                       Brigitte                                                                                                                   Isafc                                                                                                                       Soda                                                                                                                    Ange ou Démon 


    7 commentaires
  • Histoire sans paroles.

     

    Je voulais juste te dire

    Que les mots les plus beaux

    Ne se prononcent pas, mais se soupirent,

    Eveil des sens, frissons de la peau.

    Quand tes yeux me regardent

    Et qu'alors ils me parlent

    Durs et provocants ils se font par moments,

    Mais doux et implorants sont le plus souvent

    Puis, lorsqu'ils n'ont plus de mots assez forts,

    Se ferment lentement dans un ultime effort.

     

    N... 


    7 commentaires

  • votre commentaire